Autres agricultures

L’agriculture Biodynamique

Retrouvez la sur notre page dédiée en cliquant ici.

La Permaculture

Retrouvez la sur notre page dédiée en cliquant ici.

L’agriculture Biologique

Les principes

  • champForme d’agriculture (bio-organique) qui utilise des matières entièrement naturelles limitées au sensible ainsi qu’à ses conséquences visibles ou mesurables.
  • La globalité de la ferme est gérée de façon biologique
  • Le maintient du cycle des éléments le plus fermé possible  = autonomie

En pratique

  • Interdiction d’utiliser tout produit chimique de synthèse
  • Fertilisation des cultures uniquement à l’aide d’engrais organiques (fumier, compost…)
  • On ne nourrit pas la plante mais le sol qui est considéré comme un organisme à part entière
  • Détention des animaux selon les besoins de l’espèce
  • Action préventive plutôt que curative. Choix des techniques culturales permettant de maintenir voir d’augmenter l’activité biologique du sol, garantie d’une fertilité à long terme
  • Choix des espèces et des variétés adaptées. Rotation diversifiée
  • Fertilisation équilibrée
  • Engrais verts pour couvrir le sol en hiver. Travail du sol avec des outils adaptés et au moment adéquat
  • Lutte biologique pour réguler les populations de  ravageurs

L’agriculture raisonnée

Aussi appelée « Production intégrée »

Les principes

Optimiser le résultat économique et limiter les quantités de produits chimiques utilisés. La production intégrée suisse est valorisé par le label « Suisse Garantie ».

Notion de seuil de tolérance

champ2Seuil au-delà duquel les dommages causés à la culture ne sont économiquement plus supportables.

Le but de la démarche est de limiter leur impact sur l’environnement.

  • Les traitements préventifs à l’aveugle ne sont pas autorisés
  • Recours partiel à des moyens de lutte biologique

Fertilisation raisonnée par le calcul d’un bilan et d’un plan de fumure selon les besoins des cultures et les caractéristiques de la ferme.

Objectif: favoriser la faune et la flore sauvage de la région.

L’agriculture conventionnelle

Les principes

  • Forme d’agriculture intensive mise en place après la deuxième guerre mondiale
  • Utilisation non ciblée et à grande échelle des engrais minéraux et des  produits phytosanitaires de synthèse
  • Le sol et les animaux sont considérés comme des moyens de production
  • La qualité de l’aliment n’est pas la principale préoccupation
  • Spécialisation des productions avec l’abandon du système traditionnel de polyculture-élevage où les engrais organiques étaient majoritaires

Impacts positifs

  • De 1950  à 1970, amélioration des revenus et des conditions sociales dans l’agriculture
  • Baisse des coûts de production
  • Naissance d’un important secteur commercial situé en amont et en aval de la production agricole

Impacts négatifs

  • Spécialisation poussée = situation économique instable face au marché
  • Chômage et exode rurale
  • Impact direct sur la dégradation de l’environnement et des ressources  naturelles (sol, eau, etc.) par des techniques culturales intensives telles que la monoculture et l’utilisation non ciblée des herbicides, des engrais minéraux et des produits phytosanitaires de synthèse

Une agriculture non durable sur le plan social et environnemental !

Erosion et tassement du sol

Érosion et tassement du sol